Obésité chez les animaux de compagnie : une préoccupation croissante - GA Pet Food Partners

Obésité des animaux de compagnie

L'obésité est définie comme une accumulation excessive de graisse qui présente un risque pour la santé. L'obésité chez les animaux de compagnie est désormais officiellement reconnue comme une maladie par de nombreuses organisations de santé animale. Une enquête menée auprès de professionnels vétérinaires a confirmé que 51 % des chiens et 44 % des chats sont en surpoids ou obèses, soulignant que l'obésité est une préoccupation croissante (PFMA, 2018). Dans le même sondage, 100 % des vétérinaires se disent préoccupés par l'augmentation de l'obésité ; cependant, des recherches menées auprès de 8,000 67 ménages ont confirmé que 2018 % des propriétaires d'animaux admettent ne pas s'inquiéter du poids de leur animal (PFMA, 2019, PFMA, XNUMX). Cela suggère que la majorité des propriétaires d'animaux ne sont pas conscients des risques pour la santé associés à l'obésité ou sont incapables de déterminer si leur animal est en surpoids.

Les risques associés à l'obésité chez les chats et les chiens comprennent les maladies musculo-squelettiques telles que l'arthrite, les maladies cardiaques, les maladies respiratoires, le diabète sucré et une espérance de vie réduite (Bland et al., 2009 ; Salt et al., 2019). En plus des risques accrus pour la santé, les recherches suggèrent qu'il existe un lien clair entre le poids idéal d'un animal et sa qualité de vie (German et al., 2012). Le maintien d'un poids santé peut garantir que l'animal reste mobile, physiquement capable d'explorer son environnement et sans inconfort.

Mon animal est-il en surpoids ?

Pour déterminer si un chat ou un chien a atteint son poids idéal, un système de notation de l'état corporel (BCS) peut être utilisé. BCS peut être subjectif; cependant, le système BCS à échelle à 5 entiers (tableau 1; tableau 2) a montré une bonne répétabilité et prévisibilité entre différents utilisateurs (German et al., 2006). Sur une échelle de 1 à 5, le score optimal pour les chats et les chiens est de 3 (Bjornvad et al., 2011 ; Chun et al., 2019). Bien qu'un certain niveau de compréhension soit requis, les propriétaires d'animaux peuvent utiliser l'examen visuel et physique décrit dans le BCS pour déterminer l'état corporel de leur animal.

Tableau 1: Guide des scores d'état corporel en 5 points chez le chat (Source : FEDIAF, 2020)

Score

Fonction de localisation

Graisse corporelle estimée (%)

Image(s)

1

Émacié

Les côtes et les protubérances osseuses sont visibles et facilement palpables sans couverture graisseuse. Abdominoplastie sévère vue de côté et forme de sablier exagérée vue de dessus.

≤10%

2

Fin

Les côtes et les proéminences osseuses sont facilement palpables avec une couverture graisseuse minimale. Un repli abdominal marqué lorsqu'il est vu de côté et une taille évidente lorsqu'il est vu de dessus.

10 à 20 %

3

Idéal

Les côtes et les protubérances osseuses sont palpables avec une légère couverture graisseuse. Un repli abdominal est présent lorsqu'il est vu de côté, et une taille bien proportionnée lorsqu'il est vu de dessus.

20 à 30 %

4

Embonpoint

Les côtes et les proéminences osseuses peuvent être ressenties sous une couverture graisseuse modérée. Pas de repli abdominal, mais un coussinet adipeux abdominal modéré est visible de côté et pas de taille d'en haut.

30 à 40 %

5

Grossièrement obèse

Les côtes et les protubérances osseuses sont très difficiles à sentir sous une épaisse couche de graisse. Gros renflement ventral pendant avec de vastes dépôts de graisse abdominale, vu de côté. Dos nettement élargi vu de dessus. Dépôts de graisse autour du visage, du cou et des membres.

>45%

Tableau 2: Guide des scores d'état corporel en 5 points chez le chien (Source : FEDIAF, 2020)

Score

Fonction de localisation

Graisse corporelle estimée (%)

Image(s)

1

Émacié

Les côtes et les protubérances osseuses sont visibles et facilement palpables sans couverture graisseuse. Abdominoplastie sévère vue de côté et forme de sablier exagérée vue de dessus.

≤4%

2

Fin

Les côtes et les proéminences osseuses sont facilement palpables avec une couverture graisseuse minimale. Un repli abdominal marqué lorsqu'il est vu de côté et une taille évidente lorsqu'il est vu de dessus.

5 à 15 %

3

Idéal

Les côtes et les protubérances osseuses sont palpables avec une légère couverture graisseuse. Un repli abdominal est présent lorsqu'il est vu de côté, et une taille bien proportionnée lorsqu'il est vu de dessus.

15 à 25 %

4

Embonpoint

Les côtes et les protubérances osseuses peuvent être ressenties sous une couverture graisseuse modérée. Pas de repli abdominal mais un coussinet adipeux abdominal modéré est visible lorsqu'il est vu de côté et pas de taille lorsqu'il est vu d'en haut.

25 à 35 %

5

Grossièrement obèse

Les côtes et les protubérances osseuses sont très difficiles à sentir sous une épaisse couche de graisse. Gros renflement ventral pendant avec de vastes dépôts de graisse abdominale, vu de côté. Dos nettement élargi vu de dessus. Dépôts de graisse autour du visage, du cou et des membres

>40%

Pourquoi mon animal est-il en surpoids ?

L'obésité est souvent le résultat d'un apport énergétique accru et d'une dépense énergétique réduite; cependant, cela peut aussi être le résultat du métabolisme de l'animal (German, 2006; Bland et al., 2010). D'autres facteurs qui peuvent affecter le poids comprennent:

• Race et génétique
• Activité physique
• Statut neutre
• Sexe
• l'âge
• Maladie/conditions médicales
• Facteurs environnementaux

Une étude de Coe et ses collègues (2019) a révélé que lorsqu'on demandait aux propriétaires de chiens de mesurer la croquettes, les mesures inexactes allaient de 47 % de sous-estimation à 152 % de surestimation. Une sous-estimation peut entraîner une perte de poids et, dans certains cas, une carence en nutriments, tandis qu'une surestimation peut entraîner une prise de poids. L'étude a conclu que l'utilisation de balances électroniques pour mesurer les aliments était l'appareil le plus précis.

Obésité et perte de poids chez l'animal : que dois-je donner à manger à mon animal ?

Les traitements thérapeutiques de l'obésité comprennent la gestion diététique et l'augmentation de l'activité physique. Les régimes riches en protéines et en fibres se sont avérés efficaces pour augmenter la satisfaction et la satiété (Heuberger & Wakshlag, 2011). Il a également été démontré que les régimes enrichis en L-carnitine favorisent la perte de poids et de graisse chez les chiens et les chats en surpoids (Sunvold et al., 1998 ; Center, 1998). Les régimes alimentaires complets pour animaux de compagnie peuvent être formulés spécifiquement pour cibler la perte de poids, qui a généralement une énergie métabolisable réduite (kcal) et une teneur en matières grasses inférieure à celle des régimes standards. Ces types de régimes sont généralement commercialisés en tant qu'aliments "légers".

La teneur énergétique métabolisable des aliments secs pour animaux de compagnie est calculée à l'aide d'un calcul normalisé appelé l'équation prédictive en quatre étapes du Conseil national de recherches du Canada (CNRC) (NRC, 2006). Pour les animaux sujets à la prise de poids, il est recommandé de donner ≤ 90 kcal EM/kg0.75 chez le chien et un minimum de 52 kcal EM/kg0.67 chez le chat (FEDIAF, 2020). Lors de l'alimentation d'un régime spécifique pour la perte de poids, les directives d'alimentation pour le produit refléteront la réduction de l'apport calorique nécessaire. Des ajustements aux quantités d'alimentation peuvent encore être nécessaires tout au long du programme de perte de poids en fonction de l'animal individuel. Les guides d'alimentation ne tiennent pas compte des calories supplémentaires consommées sous d'autres formes telles que les friandises, les produits à mâcher, les restes de table, etc. Les aliments complémentaires, tels que les friandises, doivent être limités si l'animal suit un régime, ou les calories supplémentaires doivent être prises en compte dans le régime alimentaire.

Exercises

Un facteur contribuant à la prise de poids chez les animaux de compagnie est le manque d'exercice. L'exercice peut prendre plusieurs formes, comme marcher, jouer ou s'entraîner. Bien que des recherches supplémentaires soient nécessaires, il a été démontré que les mangeoires puzzle ou l'alimentation dispersée apportent un enrichissement et une stimulation et prolongent les temps d'alimentation (Dantas et al., 2016). Un programme d'exercices sur mesure, associé à un apport calorique correct, peut favoriser la perte de poids et, par la suite, le maintien du poids.

Chien de l'exercice

Maintien du poids

Une fois que l'animal a atteint son poids optimal, il est important de le maintenir, ce qui peut être difficile. Pour le maintien du poids chez le chien, l'apport quotidien recommandé peut augmenter jusqu'à 110 kcal ME/kg0.75 en supposant que le chien participe à des niveaux d'activité modérés (1 à 3 heures/jour). Pour le maintien du poids chez le chat, l'apport journalier recommandé peut passer à 75 kcal EM/kg0.67 pour les chats castrés ou d'intérieur ou 100 kcal EM/kg0.67 pour les chats actifs (FEDAIF, 2020). L'apport quotidien peut être ajusté en fonction de l'état et du mode de vie de chaque animal afin de maintenir son poids optimal.

Bibliographie

Bjornvad, CR, Nielsen, DH, Armstrong, PJ, McEvoy, F., Hoelmkjaer, KM, Jensen, KS, Pedersen, GF et Kristensen, AT (2011). Évaluation d'un système de notation de l'état corporel en neuf points chez les chats de compagnie physiquement inactifs. Journal américain de recherche vétérinaire, 72(4), pp.433-437.

Bland, IM, Guthrie-Jones, A., Taylor, RD et Hill, J. (2009). Obésité canine : Attitudes et comportements des propriétaires. Médecine vétérinaire préventive, 92(4), pp.333-340.

Bland, IM, Guthrie-Jones, A., Taylor, RD et Hill, J. (2010). Obésité canine : avis des vétérinaires et des propriétaires sur la cause et la gestion. Médecine vétérinaire préventive, 94 (3-4), pp.310-315.

Centre, SA. (1998). Perte de poids sans danger chez les chats. Dans : Reinhart GA, Carey DP, éd. Progrès récents dans la nutrition canine et féline Volume II : 1998 Iams Nutrition Symposium Proceedings. Wilmington, Ohio : Orange Frazer Press,165-181.

Chun, JL, Bang, HT, Ji, SY, Jeong, JY, Kim, M., Kim, B., Lee, SD, Lee, YK, Reddy, KE et Kim, KH (2019). Une méthode simple pour évaluer le score d'état corporel afin de maintenir le poids corporel optimal chez les chiens. Journal des sciences et technologies animales, 61 (6), pp.366-370.

Coe, JB, Rankovic, A., Edwards, TR et Parr, JM (2019). Précision du propriétaire de chien mesurant différents volumes de nourriture sèche pour chiens à l'aide de trois appareils de mesure différents. Dossier vétérinaire, 185 (19), pp.599-599.

Dantas, LM, Delgado, MM, Johnson, I. et Buffington, CT (2016). Puzzles alimentaires pour chats. Journal of Feline Medicine and Surgery, 18 (9), pp.723-732.
FEDIAF (2020). Directives nutritionnelles pour les aliments complets et complémentaires pour animaux de compagnie pour chats et chiens. [en ligne] Disponible sur : https://fediaf.org/images/FEDIAF_Nutritional_Guidelines_2020_20200917.pdf.

Allemand, AJ (2006). Le problème croissant de l'obésité chez les chiens et les chats. The Journal of Nutrition, 136 (7), pp.1940S-1946S.

German, AJ, Holden, SL, Moxham, GL, Holmes, KL, Hackett, RM et Rawlings, JM (2006). Un outil simple et fiable permettant aux propriétaires d'évaluer l'état corporel de leur chien ou chat. Le Journal de la nutrition, 136 (7), pp.2031S – 2033S.

German, AJ, Holden, SL, Wiseman-Orr, ML, Reid, J., Nolan, AM, Biurge, V., & Scott, EM (2012). La qualité de vie est réduite chez les chiens obèses mais s'améliore après une perte de poids réussie. The Veterinary Journal, 192(3), pp.428-434.

Heuberger, R. et Wakshlag, J. (2011). La relation entre les habitudes alimentaires et l'obésité chez les chiens. Journal de physiologie animale et nutrition animale, 95 (1), pp.98-105.

Conseil national de recherches (2006). Besoins nutritionnels des chiens et des chats. Washington : La presse des académies nationales.

PFMA (2018). Un nouveau rapport révèle une augmentation de l'obésité chez les animaux de compagnie et des préoccupations vétérinaires accrues. [en ligne] Disponible sur : https://www.pfma.org.uk/news/new-report-reveals-rise-in-pet-obesity-and-heightened-veterinary-concern

PFMA (2019). PFMA Obesity Report 2019. [en ligne] Disponible sur : https://www.pfma.org.uk/_assets/docs/White%20Papers/PFMA-Obesity-Report-2019.pdf
Salt, C., Morris, PJ, Wilson, D., Lund, EM et German, AJ (2019) Association entre la durée de vie et l'état corporel chez les chiens stérilisés appartenant à des clients. Journal de médecine interne vétérinaire, 33, pp.89-99.

Sunvold GD, Tetrick MA, Davenport GM, Bouchard GF. (1998) La supplémentation en carnitine favorise la perte de poids et diminue l'adiposité chez le chien. Actes de la XXIIIe Association mondiale des vétérinaires pour petits animaux. p.746.

Retour au centre de connaissances
Charlotte Berger. GA Pet Food Partners Nutritionniste senior

Charlotte Stainer

GA Pet Food Partners Nutritionniste junior pour animaux de compagnie

Charlotte est nutritionniste junior pour animaux de compagnie à GA Pet Food Partners. Charlotte est diplômée de l'Université de Newcastle avec un BSc en biologie marine et a ensuite complété une maîtrise en nutrition animale à la l'Université de Nottingham, où elle s'est concentrée sur la nutrition des animaux de compagnie. En dehors du travail, Charlotte adore voyager et passer du temps à l'extérieur. Elle aime aussi courir et aller à la gym.

Vous aimerez aussi ...

Article écrit par Charlotte Stainer